Marie-France Blais : une bénévole ancrée localement

Marie-France Blais est bénévole à l’épicerie sociale de la Blaiserie depuis 2012. Une façon utile de s’occuper à la retraite après avoir passé l’essentiel de sa carrière dans ce quartier ouest de Poitiers.

Marie-France Blais a été enseignante durant 30 ans à l’école Condorcet voisine du centre socioculturel de la Blaiserie. Lorsqu’elle était encore en activité, « plusieurs amis m’ont proposé de devenir bénévole à la Blaiserie ». Partie en retraite en 2008, elle garde cette perspective en tête et devient bénévole à l’épicerie sociale en 2012. Depuis, elle y est présente les jeudis et vendredis.

Des liens entre l’école et le centre socioculturel

Un partenariat existait entre l’école où Marie-France exerçait et le centre socioculturel. « Les enfants venaient découvrir le centre social et la Blaiserie organisait des ateliers dans l’école. » Ce partenariat fort l’a amenée tout naturellement à devenir administratrice de la structure. « Je voulais m’occuper à la retraite. Je rencontre ici des anciennes familles et des élèves. L’épicerie est un tremplin ». Au-delà de la diversité des produits proposés, qu’elle aimerait teinter davantage d’une couleur locale,  elle apprécie en particulier la notion de projet sous-jacente. « J’apprécie beaucoup de participer aux réunions avec les assistantes sociales » au cours desquelles elles définissent les conditions pour atteindre l’objectif visé par le bénéficiaire : remboursement de dettes, réparation de voiture…

Epicerie sociale et convivialité

Marie-France affectionne par-dessus la convivialité issue de son engagement bénévole. Elle est particulièrement attentive à créer des conditions propices à faciliter les échanges entre personnes bénéficiant de l’épicerie sociale. « C’est une des rares occasions pour eux de communiquer car il y a beaucoup d’isolement dans le quartier ».  Ainsi, avec les autres bénévoles, elle a créé un espace convivial avec un canapé qui invite à la discussion. Les recettes mises à disposition peuvent constituer un point de départ à ces échanges.
La convivialité concerne aussi la communauté bénévole. « Les échanges entre générations sont très riches ! »
Elle s’étend aussi aux échanges entre structures. « On fait remonter des informations, on fait le lien avec le terrain ». Des temps de rencontres vécus au sein du CAPEE que Marie-France apprécie particulièrement.