Marie-Estelle Dudit : En recherche constante d’équilibres

Nommée directrice de l’Eveil en octobre dernier, Marie-Estelle Dudit a la responsabilité de quatre activités : deux chantiers d’insertion, maraîchage et restauration, une épicerie solidaire (la plus importante de la Vienne) et un espace de vie sociale. L’ensemble de la structure réunit 8 salariés permanents, 24 en parcours et une soixantaine de bénévoles. L’objectif que poursuit Marie-Estelle est de trouver un équilibre économique tout en développant une dynamique citoyenne afin que chacun puisse s’épanouir durablement.

Marie-Estelle Dudit a toujours déroulé sa carrière dans le domaine social. Elle a notamment occupé plusieurs postes à la Mission Locale de Poitiers pendant 24 ans. Cette carrière s’apparent étroitement à une vocation tant elle lui permet d’être en phase avec les valeurs auxquelles elle croit. « Je suis très attachée au secteur associatif et à la richesse de son fonctionnement. Je crois aussi que la participation et la prise d’initiatives de chacun sont de vrais moteurs. »

Une dimension économique valorisante

Marie-Estelle regrette « qu’on ait souvent tendance à enfermer l’insertion dans une dimension sociale trop restrictive par rapport à ce qui est produit par tous au quotidien. » Pour elle, la dimension économique de l’activité est source de valorisation des personnes. « La traduction commerciale de la volonté de produire du travail de qualité, de l’engagement de l’équipe en parcours, de celle des salariés permanents et des bénévoles est une vraie richesse. »  C’est ce challenge qui l’a intéressé pour diriger l’Eveil. « Les chantiers d’insertion, tant le maraîchage que le restaurant, sont des activités supports aux exigences de professionnalisation fortes. Il y a de vraies pépites dans les initiatives, les engagements, la volonté des personnes accompagnées
Au-delà de valoriser les aptitudes de chacun, atteindre un équilibre économique est aussi un impératif pour faire perdurer la structure. L’évolution des différents modèles économiques va dans ce sens. Au niveau du restaurant d’insertion, la volonté est de développer la mixité sociale et une activité traiteur. Pour le chantier maraîchage, l’enjeu consiste à réaliser des investissements dimensionnés pour développer une offre notamment en direction des magasins bios locaux et des comités d’entreprise.

Gardienne de l’esprit solidaire originel

Cette nécessaire prise en compte de la dimension économique doit s’opérer dans le respect du maintien des fonctions sociales et solidaires de l’Eveil. Ce lien existe très directement dans les productions mêmes des différentes activités. « Le chantier d ‘insertion maraîchage fournit une partie des légumes du restaurant et de l’épicerie solidaire. » De plus, le restaurant d’insertion propose des tarifs différenciés en fonction des niveaux de revenus afin que les habitants du quartier aient accès à une alimentation saine et de qualité.  « Il représente aussi un moment repère dans la journée et un lieu de rencontre. »

La rencontre est justement un axe fort autour duquel s’organisent les activités de l’épicerie solidaire et surtout de l’espace de vie sociale. « Les forces vives bénévoles sont très importantes.  Je crois en cette dynamique de responsabilisation, de participation, cette démarche citoyenne qui peut s’exprimer dans des associations comme l’Eveil. » C’est d’ailleurs dans cet esprit de partager des moments et de co-construire des actions que l’association est née aux Couronneries il y a 35 ans. Marie-Estelle veille à ce qu’elle reste fidèle à son esprit d’origine.

CAPEE, une dynamique de réseau

Avec ses activités relevant à la fois des épiceries solidaires et des structures d’insertion par l’activité économique, l’Eveil intègre à plusieurs titres le réseau CAPEE. « La dynamique de réseau est une vraie plus-value de par la complémentarité de nos structures. » L’interpellation de CAPEE est aussi un moyen d’avancer sur des questions liées au territoire. « Les épiceries solidaires ont tout leur place dans le Programme Alimentaire Territorial. Il est fondamental de s’inscrire dans une dynamique de réseau pour prendre une place adaptée sur le territoire. »